English
Graphic

Quoi de nEUf en décembre 2018?

Par David Donnerer, le 20 décembre 2018

2050, c’est maintenant…

…même si trois décennies nous en sépare encore. Ces dernières années, de plus en plus de villes européennes ont défini des feuilles de route locales pour l’énergie et le climat, en étroite collaboration avec toutes les parties prenantes sur leurs territoires. Notre récente publication, qui met en avant les exemples de Grenoble (France), Saint Sébastien (Espagne), Salzbourg (Autriche), Manchester (Royaume-Uni) et Münster (Allemagne), illustre cette dynamique et montre l’esprit d’avant-garde des autorités régionales et locales en Europe quand il s’agit d’affronter les changements climatiques et d’engager la transition énergétique locale.

Aujourd’hui, l’Union européenne suit cette même voie. « Une planète propre pour tous : vision stratégique européenne à long terme afin de parvenir à une économie prospère, moderne, compétitive et neutre pour le climat » telles sont les ambitions de la Commission européenne qui a dévoilé fin novembre son projet pour une Europe neutre en carbone d’ici 2050. Cette publication tombe à point nommé : l’action pour l’énergie et le climat dans l’UE stagne et les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ont récemment appelé à une action plus ambitieuse et plus rapide pour limiter les effets des changements climatiques sur nos territoires.

Dans cette édition spéciale, nous identifions les quatre points à retenir pour les villes de la vision de la Commission européenne pour une Europe neutre en carbone d’ici 2050. Nous analysons ensuite une nouvelle étude du Centre européen de stratégie politique (CESP), le think tank auprès de la Commission : « 10 tendances qui redéfinissent le climat et l’énergie ». Quelles sont ces tendances qui transforment actuellement nos sociétés, nos économies et nos systèmes énergétiques, et comment influenceront-elles la façon dont l’Europe parviendra à être neutre en carbone à la moitié du siècle ? Notre analyse sur l’étude du CESP est disponible ici.

Quatre points à retenir de la vision de la Commission européenne pour une Europe neutre en carbone d’ici 2050

1- Un discours positif sur l’action

Si la vision stratégique de la Commission est très claire quant aux risques coûteux et dangereux de l’inaction en matière de changements climatiques, elle défend un discours positif pour que l’Europe s’engage à devenir neutre en carbone d’ici 2050. Il s’agit également d’un discours de transformation. D’après la Commission, « le statu quo n’est pas envisageable ». Devenir neutre en carbone implique que l’UE parvienne à zéro émission nette de gaz à effets de serre (GES), soit un équilibre entre ses émissions et ses absorptions (par exemple, à travers les puits de carbone naturels tels que les forêts, les sols, les tourbières, etc.) de GES.

La vision stratégique souligne longuement les opportunités que représente une action ambitieuse et prompte pour le climat et l’énergie, apportant d’importants bénéfices en matière sociale, économique et de santé pour les Européens. D’après la Commission, en se décarbonant, l’économie de l’UE devrait doubler d’ici 2050. Elle pourrait notamment générer des avantages économiques, sous la forme d’une croissance de 2 % du PIB. Non seulement cela permettrait à l’UE d’économiser l’équivalent de « deux à trois mille milliards d’euros » d’importations en énergie fossile, mais grâce à de nouveaux investissements pour des emplois verts, « de nouvelles opportunités d’emploi hautement qualifié au niveau local » se créeraient. De plus, d’importants coûts en matière de santé seraient évités grâce à la réduction de la pollution de l’air.

2- Les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique sont au cœur de la transition énergétique de l’Europe, mais le nucléaire tient encore un rôle central

Le secteur de l’énergie joue un rôle crucial pour une Europe neutre en carbone. La Commission considère qu’il est impératif d’optimiser le déploiement des énergies renouvelables et l’utilisation de l’électricité pour décarboner totalement le système énergétique européen. D’ici 2050, plus de 80 % de l’électricité pourrait provenir de sources d’énergie renouvelable, avec une vaste majorité de foyers équipés de chauffage à énergie renouvelable.

Il est malgré tout décevant de voir que la Commission perçoit toujours le nucléaire comme un des « piliers d’un système énergétique européen zéro carbone » en 2050. C’est une occasion manquée d’évoquer un objectif plus radical de 100 % d’énergies renouvelables pour l’Europe. De plus, tandis qu’elle encourage grandement l’électrification et des solutions telles que l’hydrogène, elle continue d’ignorer le domaine clé (et local) du chauffage et de la climatisation. La Commission oublie également le potentiel des technologies existantes comme par exemple les pompes à chaleur, l’énergie géothermique, etc. pour décarboner le secteur de l’énergie en Europe.

En plus de promouvoir les énergies renouvelables, la Commission prévoit que la consommation énergétique de l’Europe sera environ coupée en deux comparée à 2005.

3- Sept étapes sur la route vers une Europe neutre en carbone

Dans sa vision stratégique, la Commission détaille huit scénarios différents pour le futur énergétique et climatique en Europe en 2050, allant de la simple réduction de 80 % des émissions de GES à une Europe neutre en carbone. Cependant, le huitième scénario apparaît clairement comme son scénario préféré. Celui-ci repose sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, mais également sur l’économie circulaire, les puits de carbone naturels, des changements de style de vie et de comportements et des technologies à émission négative, comme par exemple la capture et le stockage du carbone.

Selon les représentants de l’UE, la route vers la neutralité climatique se compose de sept étapes :

  • Optimiser les bénéfices de l’efficacité énergétique, notamment à travers les bâtiments zéro carbone
  • Optimiser le déploiement des énergies renouvelables et l’utilisation de l’électricité pour décarboner totalement l’approvisionnement en énergie de l’Europe
  • Opter pour une mobilité connectée, sûre et propre
  • Promouvoir une industrie européenne compétitive et une économie circulaire moteur de la réduction des émissions de GES
  • Développer une infrastructure adéquate de réseaux intelligents et d’interconnexions
  • Récolter tous les fruits de la bioéconomie et créer des puits de carbone indispensables
  • Traiter les émissions de CO2 restantes grâce à la capture et le stockage du carbone

Nous nous demandons cependant pourquoi la technologie de la capture et du stockage du carbone serait encore nécessaire en 2050. La Commission semble sous-entendre que l’Europe en 2050 aura toujours des installations fonctionnant aux énergies fossiles, dont il faudra compenser les émissions avec une technologie coûteuse et non viable.

4- Le rôle clé des citoyens et des collectivités

Il est encourageant de voir qu’à travers sa vision stratégique, la Commission reconnaît le rôle primordial des citoyens pour la transformation vers une Europe neutre en carbone. Et nous ne parlons pas d’injonction à manger moins de viande ou à prendre moins l’avion. Elle insiste sur le rôle que les citoyens peuvent jouer activement en tant que prosommateurs et au sein de leurs communautés énergétiques locales. Elle souligne également que « de nouveaux outils financiers, pour des investissements à petite et à grande échelles (comme le développement des communautés énergétiques), aideront aussi la transition énergétique ».

L’action locale est vue comme pilier d’un cadre européen qui incite à la transformation à long terme. Les villes ont un rôle crucial, celui de mener la rénovation des bâtiments et de promouvoir la mobilité durable à travers, par exemple, une planification améliorée des espaces urbains. La vision stratégique appelle également à une meilleure coordination entre gouvernements locaux, régionaux et nationaux afin de réussir une transition socialement juste et équitable, bien gérée, qui ne laisse personne de côté.

Pour influencer ce processus : Les États membres, villes, régions, entreprises et ONG sont invités à débattre de la « transformation économique profonde et nécessaire et du profond changement de société de manière ouverte et inclusive » au cours du premier semestre 2019. Les chefs d’États et de gouvernements de l’UE devront approuver cette vision stratégique en mai 2019, avant qu’elle ne soit soumise d’ici 2020 dans le cadre de l’accord de Paris. Nous espérons que nombre d’entre vous participeront aux discussions : la transformation des économies locales, des sociétés et des systèmes énergétiques commence maintenant !

Localement vôtre,

Avec le soutien de l’ADEME

Members
Carte des membres
BIENVENUE AUX NOUVEAUX MEMBRES :
Vilvoorde Belgium | Wien Austria | Krizevci Croatia | Sustainable City Network (GR) Greece | CEDEF-Central European Development Forum (RS) Serbia
Opinions
Opinions
Evénements à venir
Applicant Workshop to become the next European Green Capital !
Lundi 27 mai 09:00-17:00

R20 Austrian World Summit
Du 28 au 29 mai

International Conference of Good Energy and Economy
Du 30 mai au 1er juin

Conférence principale du Forum International du logement social « Une planète pour demain »
Mercredi 5 juin 09:00-12:00

‘The Art of Public Transport’ - UITP Global Public Transport Summit
Du 9 au 12 juin

Tous les événements à venir >>
Line
Retrouvez Energy Cities sur
Line
-->
separator
Vous êtes ici : Energy Cities, Local authorities in energy transition. > Newsletters > Newsletter - Energy Cities - fr > Quoi de nEUf en 2018 ?

A propos
En bref
Gouvernance
Les membres
L'équipe
Offre d'emploi
Stages
Contact
Politique de confidentialité
Positions
Adherer
Comment adhérer ?
Nous avons adhéré
Actions
Initiatives & Campagnes
Projets
Ateliers
Webinaires
Conférence Annuelle
Voyages d'étude
Ressources
Transition énergétique
Actions des villes
Publications
EC INFO magazine
Newsletter Energy Cities
Actu "Territoires en Transition"
BLOG
Medias
Communiqués
Articles
Outils de communication

 
Adresses Energy Cities - Besançon Energy Cities - Bruxelles